1er Echange Euromed sur les armes

Du 20 au 24 janvier 2019, le Projet Euromed Police a invité des spécialistes du sud et du nord de la Méditerranée pour étudier la gestion des opérations sur le trafic d’armes à feu au niveau des frontières terrestres. Le but était l’identification des principales lacunes à combler en termes de capacités pour les forces de police dans le cadre des enquêtes.

Cette formation a été hébergée par la Direction de la Sécurité Publique de Jordanie, qui n’a pas ménagé ses efforts pour assurer le succès de l’activité. Un autre élément marquant de cette rencontre a été la participation du Réseau EMPACT Armes d’Europol en tant que co-organisateurs de l’Echange, avec l’appui de la Garde Civile espagnole représentant l’équipe de pilotage (« driver ») d’EMPACT Armes. Leur contribution a considérablement renforcé l’orientation opérationnelle des discussions entre les experts.

Ce programme de formation a duré 5 jours, au cours desquels des experts des Pays Partenaires du Sud et des Pays Membres de l’Union européenne ont partagé leur vision sur les méthodes d’enquête, des cas d’étude réels et les outils juridiques et administratifs du contrôle des armes. Ces réunions ont été accompagnées de visites dans différents départements de la Direction de la Sécurité Publique à Amman et au point de passage frontière Nasib/Jaber entre la Jordanie et la Syrie, où les procédures de contrôle sur les armes prennent toute leur dimension.

L’activité a offert aux experts présents l’opportunité de développer leur réseau professionnel avec des officiers de police des rives sud et nord de la Méditerranée et des organisations internationales. Sept Pays Partenaires du Sud ont participé à l’Echange – Algérie, Liban, Jordanie, Maroc, Tunisie, Egypte et Palestine – ainsi que quatre pays européens – Espagne, Portugal, France et Pays-Bas – et des représentants d’Interpol, l’Organisation internationale de police criminelle, et Europol, l’agence de coopération policière de l’Union européenne.

Les caractéristiques du trafic d’armes ont été balayées de manière globale dans l’intention d’aborder tous les aspects d’une enquête dans ce domaine et en adoptant une perspective opérationnelle. Un large panel de sujets a été examiné : analyse des risques, méthodes de recherche, police scientifique, enquêtes sur internet, enquêtes en matière d’armes légères et de petit calibre, désactivation, coopération internationale et les liens entre le trafic d’armes et d’autres activités et réseaux criminels (en particulier le terrorisme).

Il résulte de ces discussions que les préoccupations des pays du sud et du nord de la Méditerranée semblent similaires en matière de trafic et de contrôle des armes. En outre, le trafic d’armes est interconnecté avec d’autres activités relevant de la criminalité organisée, notamment le trafic de drogue – ce qui renforce l’intérêt d’une coopération internationale plus approfondie et plus efficace. Les zones de conflit et en situation de post-conflit sont les sources principales d’armes de contrebande. Par conséquent, des efforts conjoints pourraient être menés afin de renforcer le contrôle des frontières territoriales et maritimes et d’optimiser la traçabilité des armes à feu grâce à un marquage adéquat et une tenue des registres efficace. Enfin, l’investissement dans les nouvelles technologies est un élément clé pour améliorer les capacités des forces de police et de sécurité à coopérer par-delà les frontières et traquer les armes.

A l’issue des sessions de formation, les participants continueront à échanger leurs expériences, des informations et des documents utiles à travers la Base de Connaissance Euromed, une plateforme en ligne sécurisée, gérée par Euromed Police et soutenue par les points de contact du Réseau Euromed de Renforcement des Capacités dans les Pays Partenaires du Sud et des Pays Membres de l’Union européenne.

Les Echanges Euromed sont régulièrement organisés par l’équipe d’Euromed Police dans le cadre du Programme de Mobilité et mettent en œuvre l’approche originale du projet en matière de programmes de formation. Pour la durée du projet Euromed Police IV, un échange est organisé dans chaque domaine couvert par les sept aires de priorité principales qui ont été endossées dans la Stratégie d’Euromed Police. Le trafic d’armes à feu a été retenu comme l’une de ces aires de priorité.  

En se basant sur les résultats de cet Echange, l’équipe du projet va étudier la possibilité de mettre en œuvre une Action de Renforcement des Capacités plus ciblée, coorganisée par Euromed Police et l’un des Pays Partenaires du Sud. Cette activité de formation pourrait se focaliser sur les défis les plus marquants soulevés par les experts en Jordanie.